Ritrovarsi altrove e insieme. Se retrouver ailleurs et ensemble

(en Français après la photo). Mia madre ha lasciato Parigi ai primi di giugno 1940, con mio fratello di 6 anni e con mia nonna, pochi giorni prima che i tedeschi occupassero la città, il 14. Incinta di 6 mesi, fece un viaggio di più di 700km, per rifugiarsi a Lectoure, in Occitania, presso un’amica della nonna che aveva una grande casa del XVII sec. Dovevo nascere a fine agosto, ma nacqui il 25 luglio, in anticipo. Non fu solo questa la sorpresa, per mia madre. Perché non mi presentai da sola: ero accompagnata da un gemello e … lei non lo sapeva!

Francine nasce ailleurs et ensemble e questo ha contraddistinto la sua vita sia nelle grandi scelte che nel quotidiano.

A sei mesi dalla nascita, viene riportata a Parigi dov’era rimasto il papà e passano 4 anni prima che Parigi sia liberata dai tedeschi, abbastanza perché lei conservi il ricordo degli allarmi, del rifugio in cantina e della guerre des toits quando, durante la settimana d’insurrezione, dai tetti o da dietro le finestre, i cecchini sparavano e bisognava passare di corsa rasente i muri …

Siccome dall’età di 14 anni viene mandata in Inghilterra ogni estate, preso il BAC (la Maturità), a 17 anni Francine decide di studiare inglese all’Università e in 2 anni si laurea. Ma non ha voglia di diventare un’insegnante statale e lavora in un’Agenzia di Pubblicità dove deve acquistare spazi pubblicitari, attività che trova stressante e non adatta al suo carattere. Un giorno, legge nel giornale Le Monde l’annuncio “Cercasi assistente di francese in Svezia, scuola per adulti”. La sua candidatura viene accettata e … parte per la Scandinavia.

Sono arrivata che era gennaio, faceva buio tutto il giorno e stavamo a -20 gradi. La località era Umea, nel Nord della Svezia, dove il mare gelava e dove ho imparato a sciare. Umea è una città universitaria ed ho conosciuto tanti colleghi di altre nazionalità con cui andavo in gita a Lycksele, nella Lapponia svedese, dove le renne attraversavano i binari …. Mi hanno poi mandata ad Helsingborg, nella Svezia del Sud, da dove si raggiungeva rapidamente la Danimarca col traghetto. Per due anni ho lavorato come lettrice all’Università di Stoccolma per poi rientrare a Parigi avendo presentato la mia candidatura al BELC (Bureau d’Enseignement Langue et Civilisation française à l’Etranger).

Erano gli anni del ’68 e della ‘Morte del manuale”’. Francine non si adatta a produrre documenti senza sperimentarli e con quattro colleghe decide di attuare l’insegnamento della lingua all’Università della Sorbonne, basandosi sulla metodologia dell’approccio diretto e comunicativo. Queste esperienze, che confluiranno nei Cahiers Hachette, vengono disseminate lontano perché Francine parte in missione in Congo, a Rio de Janeiro, in Argentina, Inghilterra, Finlandia, Tunisia, Benin, con un bagaglio ricco di competenza e di coraggio. Per realizzare il suo sogno di comprare un appartamento a Parigi, dopo anni di viaggi, si candida per un incarico in Egitto come Attachée linguistique. Ed eccola che sbarca ad Alessandria dove resta per quattro anni. Proprio quando l’Egitto comincia a starle stretto, arriva una nuova opportunità che coglie al volo e si trasferisce ad Atene:

Da Atene mi spostavo per lavoro in varie località della Grecia che ho potuto visitare fuori dalla stagione turistica. In quegli anni mi venne proposto, per la seconda volta nella mia vita, un posto a New York, ma io ho rifiutato perché avevo capito di voler restare nella regione Mediterranea: nel 1980 si libera un posto al Bureau Linguistique di Roma e giungo così in Italia. Dopo un periodo da itinerante che mi ha permesso di incontrare insegnanti in varie regioni (erano gli anni fecondi del P.S.L.S., il Progetto Speciale per le Lingue straniere), mi stabilizzo a Roma. Passati sette anni, devo rientrare in Francia per la parte conclusiva della mia carriera, ma non intendo tornarci e prendo un anno sabbatico.

Questa volta, per lei non si tratta solo di una scelta lavorativa, ma anche sentimentale … Dopo 6 mesi all’Università di Macerata come insegnante di francese, rientrerà a Roma prima come attachée linguistique al Centro Culturale francese, poi passerà all’Alliance française. Ha un ruolo amministrativo come Direttrice dei Corsi ed è grazie a ciò che ci siamo conosciute. Il Ministero della Pubblica Istruzione s’era rivolto all’Alliance per formare il personale scolastico della scuola primaria all’insegnamento del francese ed io ero tra gli iscritti al corso d’aggiornamento.

Ho incontrato Francine come insegnante e… che sferzata di vita ha dato al mio francese e al metodo d’insegnamento! Non solo; la professoressa è diventata anche un’amica di lunga data che continua ad elargire energia, curiosità ed idee. Ora Francine vive a cavallo tra due Paesi e continua a viaggiare. E’ appena andata e tornata da Parigi ed in aereo …: La persona seduta accanto a me lavora a Londra– mi racconta divertita- ed è neozelandese! Abbiamo simpatizzato e ci siamo scambiate i numeri di telefono. Immagina tu … Il fidanzato di mia nipote, che abita a Londra, è neozelandese! Li metterò in contatto …!. Francine è così, una tessitrice di relazioni tra Paesi e culture.

Alessandra Damiotti

Ma mère a quitté Paris début juin 1940, avec mon frère de 6 ans et ma grand-mère, quelques jours avant l’occupation de la ville par les Allemands, le 14. Enceinte de 6 mois, elle est partie à plus de 700 kms, pour se réfugier à Lectoure, en Occitanie, chez une amie de sa grand-mère qui possédait une grande maison du XVIIe siècle. Je devais naître fin août, mais je suis né le 25 juillet. Ce n’était pas la seule surprise pour ma mère. Parce que je ne me suis pas présentée seule : j’étais accompagnée d’un jumeau et… elle ne savait pas!

Francine est née ailleurs et ensemble et cela a caractérisé sa vie tant dans les grands choix que dans la vie quotidienne. Six mois après sa naissance, elle est ramenée à Paris où son père est resté et 4 ans s’écoulent avant que Paris ne soit libéré par les Alliés, de quoi garder le souvenir des alarmes, du refuge dans la cave et de la ‘guerres des toits’ quand, pendant la semaine d’insurrection, des snipers tiraient depuis les toits ou derrière les vitres et qu’il fallait courir près des murs…

Depuis l’âge de 14 ans, elle est envoyée en Angleterre chaque été, elle passe le BAC à 17 ans et décide d’étudier l’anglais à l’Université; en 2 ans elle obtient son diplôme. Mais elle ne veut pas devenir institutrice et travaille dans une Agence de Publicité où elle doit acheter des espaces publicitaires, une activité qu’elle trouve stressante et peu adaptée à son caractère. Un jour, elle lit dans Le Monde l’annonce «Assistant français recherché en Suède, école pour adultes» Sa candidature est acceptée et… elle part pour la Scandinavie.

Je suis arrivée en janvier, il faisait noir toute la journée et il faisait -20 degrés. L’endroit était Umea, dans le nord de la Suède, où la mer était glaciale et où j’ai appris à skier. Umea est une ville universitaire et j’ai rencontré de nombreux collègues d’autres nationalités avec qui je suis partie en voyage à Lycksele, en Laponie suédoise, où des rennes croisaient les pistes…. Ils m’ont ensuite envoyé à Helsingborg, dans le sud de la Suède, d’où le Danemark étqit rapidement joigmable par ferry. J’ai travaillé pendant deux ans comme maître de conférences à l’Université de Stockholm puis je suis rentré à Paris après avoir déposé ma candidature au BELC (Bureau d’Enseignement Langue et Civilisation française à l’Étranger).

C’était les années ’68 et la ‘Mort du manuel”. Francine n’est pas faite pour produire des documents sans les expérimenter et, avec quatre collègues, elle décide de mettre en place un enseignement des langues à Sorbonne Université, basé sur la méthodologie d’une approche directe et communicative. Ces expériences, qui se retrouveront dans les Cahiers Hachette, sont diffusées très loin car Francine part en mission au Congo, Rio de Janeiro, Argentine, Angleterre, Finlande, Tunisie, Bénin, avec une riche XXX expertise et de courage. Pour réaliser son rêve d’acheter un appartement à Paris, après des années de voyage, elle postule pour un poste en Égypte en tant qu’Attachée linguistique. Et là, elle débarque à Alexandrie où elle reste quatre ans. Juste au moment où elle se sent à l’étroit dans ce pays, une nouvelle opportunité arrive qu’elle saisit à la volée et s’installe à Athènes:

Depuis Athènes, j’ai voyagé pour le travail dans divers endroits en Grèce que j’ai pu visiter en dehors de la saison touristique. Dans ces années-là, on m’a proposé, pour la deuxième fois de ma vie, une place à New York, mais j’ai refusé car j’ai compris que je voulais rester dans la région méditerranéenne : en 1980 une place a été libérée au Bureau Linguistique de Rome et je suis arrivée en Italie. Après une période d’itinérance qui m’a permis de rencontrer des professeurs des différentes régions (ce furent les années fructueuses du P.S.L.S., le Projet Spécial Langues Etrangères), je m’installe à Rome. Après sept ans, je dois rentrer en France pour la dernière partie de ma carrière, mais je n’enai pas l’intention; je prends un congé sabbatique.

Cette fois, pour elle, ce n’est pas seulement un choix de travail, mais aussi un choix sentimental… Après 6 mois à l’Université de Macerata en tant que professeure de français, elle rentrera d’abord à Rome en tant qu’attachée linguistique au Centre culturel français, puis elle passera à l’Alliance française. Elle a un rôle administratif en tant que Directrice des Cours et c’est grâce à cela que nous nous sommes rencontrées. Le ministère de l’Éducation s’était adressé à l’Alliance pour former le personnel des écoles primaires à l’enseignement du français et je faisais partie des inscrits au cours.

J’ai rencontré Francine en tant qu’enseignante et… quel élan elle a donné à mon français et à ma méthode d’enseignement! Pas seulement mon professeure, elle est également devenue une amie de longue date qui continue de me transmettre de l’énergie, de la curiosité et des idées. Aujourd’hui Francine vit entre deux pays et continue de voyager. Elle vient de rentrer de Paris et dans avion… : La personne assise à côté de moi travaille à Londres – me dit-elle amusée – et vient de Nouvelle-Zélande ! Nous avons sympathisé et échangé nos numéros de téléphone. Imagine-toi… Le petit ami de ma nièce, qui vit à Londres, est néo-zélandais! Je vais les mettre en contact…!.

Francine est ainsi, une tisseuse de relations entre pays et cultures.

Alessandra Damiotti

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: